Copyright 2005-2017
Built with Indexhibith Indexhibit

Elementa
PC, DMX, Soundsystem, metal cage, sensors.
2016

INTERCAL est un espace médian, une cartographie sonore et visuelle, à destination d’un espace cible ou d’une thématique spécifique. Pour cette nouvelle intervention nous avons choisi la thématique « d’écosystème anthropique urbain », un écosystème anthropisé au point d’en oublier ou d’en réduire ses éléments naturels. Le travail à réaliser consiste dans la possibilité de fixer des phénomènes sonores en lien avec la nature, de les recomposer puis de les réintroduire au cœur de la ville.

Prenant comme source d’inspiration, la respiration humaine face aux sons propres à des écosystèmes naturels. Comme outils, les nouvelles technologies de création numérique. Et comme axe de travail, l’effacement des sons de la nature dans la ville. ELEMENTA souhaite sensibiliser le public sur les questions environnementales au travers d’une oeuvre interactive lumineuse et sonore. Deux modules géométriques sous formes de monolithes, à la surface réactive au toucher, seront installés face à l’arche de Bab El Bhar. Les monolithes forment des portes de dialogues entre le public et le monument qui s’éveillent, se transformant en un objet lumineux et sonore, plus l’implication est importante plus l’intensité des sons se renforce et plus leur organisation est dense, les lumières s’intensifient.

La disparition de ces sons naturels dans la ville provoque, en plus d’une tension écologique, la disparition d’un lien, de la possibilité de ce que Michel Hulin appelle «la mystique sauvage »: En se retrouvant confronté à un élément naturel nous dépassant, sur lequel notre contrôle semble extrêmement réduit (la mer, vue d’une plage, lors d’une randonnée en montagne). Elémenta tente de questionner la rupture que la ville opère quant à de potentielles expériences de mystiques sauvage.

En dialogue avec le public, l’installation pose la question de la place de l’individu dans la ville. En réagissant en fonction du nombre de personnes touchant les monolithes, l’œuvre, apparentée à un cœur lumineux, remet l’idée de collectif au centre des nécessités de l’art de vivre urbain. La responsabilité de l’individu face à son environnement devient palpable. Par ailleurs, en opposition à une ville faite de pierres et figée, l’idée d’une ville organique, vivante et fragile est proposée par l’installation. C’est la participation d’implications individuelles qui fait émerger une vitalité collective au sein de l’espace urbain.

チュニジア国首都チュニスの観光名所、「海ゲート」でのライトとサウンドアートの作品です。
ゲートの手前に大きな立体物が立っており、ゲート付近では静かな音がしています。通りすがりの観客が立体物を触るとゲートの屋根に設置されたサーチライトが回転しながら空を照らします。観客が多ければ多いほどサーチライトは増し、また音楽も激しくなり、最終的には空の一転に光が集まります。一人だけではほとんど作動しませんが、人が多ければ多いほど変わっていきます。

革命が起きたチュニジアでは、共同体での行動の強さをよく理解しています。その人々の思いを利用した作品です。